ARCHIVE du patrimoine immatériel de NAVARRE

Anhaux

anhauxescudo.jpg
  • Nom officiel:
    Anhaux
  • Autres dénominations:
    Anhauze
  • Type de localité:
    Municipio simple
  • Recensement:
    370 (2013)
  • Extension:
    12.00 km2
  • Altitude:
    180 m.
  • Pampelune (distance):
    82.00 Km
  • Informations officielles de la commune:
    Mairie Bourg 64220 ANHAUX Communauté des communes de Garazi-Baigorri http://www.garazibaigorri.com/fr.html


Pages

Euskera (bas-navarrais occidental intérieur) et français.

Le village fait partie de la province basque de Basse Navarre. Il se trouve au nord du mont Munhoa et au sud du Jara dans la vallée de Baigorri. L’Adartza se trouve aussi sur le territoire du village. Il a des terrains escarpés souvent à usage agricole. Le ruisseau Ontzoroneko erreka, affluent de l’Arnegiko Errobi, marque la límite entre le village et le village de Lasse au sud-est. Au sud-ouest se trouve Banca, Baigorri à l’ouest, Irulegi au nord et Azakarate au nord-est.

Paysage motagneux avec estives. Les monts les plus importants sont l’Adartza (1250 mètres), l’Artzaïnharria (971 mètres), le pic d’Arrolakoharria qui s’élève jusqu’à 1060 mètres d’altitude et le Munhoa que monte à 1021 mètres.

Le nom d’Anhaux apparait au Moyen Age dans le cartulaire de l’abbaye Saint-Jean-de-Sordes, où il apparait deux fois. Au XIe siècle, ont été recensées 28 maisons dont 4 nobles. Cette époque était marquée en Navarre par des problèmes d’expulsion d’autochtones pour l’installation de francs de la région occitane avec des privilèges importants. Cela continue aux XIIIe et XIVe siècles et sera rendue possible la création des quartiers Heguy et Chubitoa peuplés par des cagots dans la périphérie du village. Ce peuple vu comme descendants de lépreux étaient traités de façon différente, marginalisés avec une série d’interdictions imposés par la coutume, mais aussi par les textes officiels comme les fors de Navarre et du Béarn. Ils subirent de nombreuses maltraitances mais à partir du XVII ils commencèrent à se défendre et à imposer leur intégration. Artisans sans terres, leur symbole de différentiation était une patte d’oie, marque qui se retrouve sur le pilier du bénitier de l’église qui leur était réservé et sur des stèles discoïdales. Egalement tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, une appropriation des terres communes au sud de la vallée par les bergers cadets, se fera progressivement, avec de nombreux conflits, parfois armés, avec la Haute Navarre. Ainsi furent construites illégalement des clôtures en pierres sèches, des bordes pour abriter les troupeaux et ils s’y installèrent peu à peu. A Anhaux sont ajoutées de nouvelles implantations aux registres de délibérations de la Cour Générale à la fin du XVIIe siècle, dans quatre zones: Olheguy, Listur, Onzorone, et Aissarry. Le XIX a été terrible pour cette région avec la Guerre de l’Empire: après la déroute de Vitoria, les troupes françaises commirent des pillages et des exactions sur la population. Quand les ennemis anglais tentèrent des incursions, les habitants de défendirent comme en témoigne l’inscription sur la Croix de Mouguerre, racontant la bataille du 16 décembre 1813 à Anhaux. Durant ce siècle seront créées trois écoles, de nouveaux chemins pour désenclaver la zone d’Ozorone. Durant la seconde moitié du siècle beaucoup « d’insoumis » vont s’expatrier pour éviter la conscription en France.

Ce village a une tradition d’élevage de porcs et brebis et la culture de pommes était aussi importante.

Il existe une tradition de pèlerinages qui rejoignent les croix, sans doute rogatives : celle de la colline de Maldacharcelle de la sortie du village vers Irulegi, Mocoçorotce, et la croix de Bidartia, dderrière la maison du même nom. Est également important le pèlerinage à la chapelle d’Olharandoi, construite après une série de terribles tempêtes qui détruisit les récoltes en 1704-1705.

Au niveau patrimonial sont intéressant les deux lavoirs, le fronton, le moulin Erratxuinia, l’église Saint-Jean-Baptiste avec la chapelle gotique.

Les maisons anciennes Apeztegia, Indartenia (ancien presbytère avec un linteau), et la maison de maître Eihartia.

Il y a un groupe de Joaldunak qui organise le carnaval ou ihauteri:

http://anhauze.blogspot.com.es/

Auberges: Madame Maïté DUHART, Maison GOIZALDE.

Activités: randonnées et équitation (Club Hippique Les Écuries d'Urane)

http://www.saintjeanpieddeport-paysbasque-tourisme.com/fr/village/anhaux...

Travail personnel de recherches de M. Claude Lesgourges, consultable à l’EKE.

Francisque Michel, Histoire des races maudites de France et d’Espagne.

Le Pays de Cize, Editions Izpegi, Baigorri, 1991.